Durant l’Année Géophysique Internationale (1957-1958) et soixante ans après l’expédition d’Adrien de Gerlache , une nouvelle expédition scientifique belge prend la direction de l’Antarctique.

 

Sous la houlette de Gaston de Gerlache de Gomery, la construction de la Base Roi Baudouin est entamée. Celle-ci est située sur la Terre de la Princesse Ragnhild. Cette construction est prévue pour résister au poids d’une couche de neige pouvant aller jusqu’à 8 mètres d’épaisseur.

 

La base terminée, les chercheurs entament leurs travaux sur l’étude de l’aurore australe, les couches de l’ionosphère, le magnétisme terrestre, la glaciologie et la météorologie.

 

En janvier 1961, le Centre National de Recherches Polaires n’a plus les moyens d’entretenir la base et décide la fermeture de celle-ci. À la suite de plusieurs pressions exercées sur le gouvernement, le comité de gestion des expéditions belgo-néerlandaises en Antarctique est créé. Le 21 janvier 1964, la première expédition binationale arrive à la Base Roi Baudouin. Celle-ci a complètement disparu sous la neige. Une nouvelle base est construite à une centaine de mètres de la première.

 

En 1967, et à nouveau pour des raisons budgétaires et de sécurité, la Base Roi Baudouin est fermée définitivement. Sans entretien et à la suite d’une accumulation massive de neige au-dessus d’elle, la Base s’est enfoncée progressivement jusqu’à être engloutie par la mer.

 

Pendant ces dix années d’exploitation, la Force aérienne contribue de façon importante aux campagnes belges dans l’Antarctique, en fournissant deux chefs d’expédition (le capitaine d’aviation Bastin et le major aviateur Derom ), des pilotes, des techniciens et des appareils.

Base Roi Baudouin