Le 17 mai 1940, à 17Hr30, les trois patrouilleurs « A4 – A5 – A6 » sont envoyés à Dunkerque pour être démagnétisés. Durant le transit, ils ont escortés les steamers « Turquoise » et « Améthyste ». Ils sont dans le port de Dunkerque au moment où la Luftwaffe bombarde sévèrement la ville. Sur le port de nombreuses installations ont été touchées et plusieurs incendies se sont déclarés en ville. Néanmoins, le port reste accessible mais non sans risque.

Le 19 mai 1940, vers 18Hr, retour des trois patrouilleurs à Ostende. Le Lieutenant de marine Van Vaerenbergh est appelé à l'état-major du Corps de Marine où il reçoit l'ordre verbal du Major Decarpentrie, commandant du Corps de Marine et qui exerçait, également, la fonction de commandant militaire du port d’Ostende, d'embarquer à bord du patrouilleur « A4 » et d'évacuer d'Ostende une cargaison constituées de coffres provenant de la Banque Nationale de Belgique (BNB) et contenant les encaisses des billets non émis, des matrices destinées à l’impression des billets et ce qui restait d’autres valeurs pour un montant de cinq cents millions de francs belges de l’époque. Cette cargaison se trouvait sur le quai de la rive Est du port d’Ostende et vu l'heure de la marée et l'absence d'appareils de levage, toutes les dispositions devaient être prises pour son embarquement immédiat.

Dès l'embarquement terminé, le patrouilleur « A4 » fera route vers Dieppe ou tout autre port fran­çais qui serait indiqué par le lieutenant de réserve d’Artillerie Hubert Ansiaux, Inspecteur à la Banque Nationale de Belgique, et qui avait reçut pour mission de convoyer ces fonds pour les mettre en sécurité. Pour faciliter la mission du lieutenant Ansiaux, le lieutenant de marine René Jadot s'embarquerait à bord du « A4 ».

Le bateau-pilote n° 16 (patron pilote Nierynck), unité de la marine de l’état, ayant à bord toutes les archives du Service de Pilotage et un certain nombre de réfugiés, naviguera de concert, avec le « A4 ».

Immédiatement, le Maître de 2ème classe Gombert Léon, sous-officier de pont sur l’ « A4 » et qui avait accompagné le lieutenant Van Vaerenbergh à l’état-major du Corps de Marine commença l'embarquement.

Entre-temps, le lieutenant Van Vaerenbergh se rendit auprès du chef de la mission navale de la Marine française (Capitaine de frégate de Maupéou d’Ablèse), présente à Ostende, afin de connaître la route à suivre. Ce dernier fait savoir qu’il avisera les amirautés Britanniques et Françaises du passage éventuel du patrouilleur de la Marine Militaire belge « A4 », dans les eaux territoriales anglaises, à l'aube du 20 mai 1940. La navigation s’effectuera en empruntant les eaux anglaises parce que la mission française déconseille le passage dans leurs eaux à cause de l’abondance des mines magnétiques et de l’encombrement sur les routes usuelles menant à Dunkerque et aux ports français en général.

A 20.55 Hr., le chargement étant terminé les lieutenants Jadot et Ansiaux embarqués de même - le « A4 » quitta le quai, suivi du bateau pilote n° 16. Arrivé au large de Nieuport, on pouvait observer le bombardement intense du port de Dunkerque.

Le 20 mai 1940, à 4Hr30, le bateau mouilla à deux milles, dans le Sud-ouest du bateau-phare « North Good Winds », à l'embouchure de la Tamise. Après avoir mouillé en rade de Deal, suivant instructions des autorités anglaises, le lieutenant Van Vaerenbergh reçut la visite à 6 heures, d'un officier de l'Amirauté, auquel il communiqua le but de son voyage. Cet officier de la Royal Navy n’avait reçut aucune instruction à ce sujet et il s'informa auprès de son état-major. Des instructions seront données.

Vers 20.30 Hr., le « A4 » reçut l'ordre par signaux, de se diriger sur Folkestone. Le bateau mouilla en rade de ce port, le même jour à 22Hr55.

Le 21 mai 1940 à 09Hr25, des instructions furent données à bord de faire route sur Dartmouth, les ports français de la Manche étant fermé.

Le bateau quitta la rade de Folkestone à 17Hr50. Le bateau-pilote n° 16, qui avait débarqué ses réfugiés, était aussi dirigé sur Dartmouth et devait faire route avec le « A4 ».

Le 22 mai 1940 à 18Hr25, le bateau mouilla en rade intérieure de Dartmouth. Peu après l'arrivée, monta à bord un officier de l'amirauté qui conduisit le lieutenant Van Vaerenbergh auprès du Captain Cunliffe, commandant du Naval College et du port, auquel il exposait le but de sa mission.

Tous les navires venant du continent et se présentant dans les eaux anglaises de la côte Sud étaient dirigés indistinctement sur Dartmouth.

Le lieutenant Ansiaux, signale que la cargaison pouvait être débarquée en Angleterre, éventuellement, et demandai à l'officier commandant du port de bien vouloir se mettre en communication téléphonique avec l'ambassade de Belgique à Londres, afin de signaler la présence d’un navire de la Marine Militaire belge. La communication fut donnée vers 21 heures. Aucune personnalité n'étant présente à l'ambassade en ce moment, on invita le lieutenant Van Vaerenbergh à retéléphoner le lendemain matin vers 9 heu­res.

Le 23 mai vers 09Hr30, le lieutenant Van Vaerenbergh parvint à parler au secrétaire de l'ambassade, auquel il exposait sa situation. Ce dernier promit de faire parvenir des instructions par la même voie.

Vers 11 heures, l'officier commandant du port communiqua que, suivant instructions parvenues de l'am­bassade de Belgique le « A4 » devait ce diriger sur Plymouth, où des dispositions seraient prises pour la réception de la car­gaison. Le départ de Dartmouth eut lieu le même jour à 14Hrl5.

A 19Hr40, le bateau accosta à Plymouth. Dès l'arrivé à Ply­mouth, le lieutenant Ansiaux prit contact avec la Banque d’Angleterre qu’il informa de la nature de la cargaison.

A la suite de quoi, les caisses seront débarquées et transportées à Londres, par camion, à la Banque d’Angleterre, où elles y resterons toute la guerre. A l’exception d’une partie de leur contenu qui servit à ravitailler la Résistance. Il y avait beaucoup de billets usagés, qui furent émis antérieurement, et qui provenaient des agences de la BNB repliées. Ce sont ces billets-là qui ont été renvoyés en Belgique parce que les Allemands ne pouvaient pas les distingués des autres billets restés en circulation dans le pays occupé.

Quant au patrouilleur « A4 », il reçut l’ordre, le 27 mai 1940, de se rendre à Dartmouth où il pourra rejoindre le Corps de Marine.

En conclusion, l’Arrêté du Prince Régent n° 5285 du 18 août 1948 accordera au lieutenant de marine Van Vaerenbergh la croix Chevalier de l’Ordre de Léopold II avec la citation suivante :

« Le 19 mai 1940, a conduit en lieu sûr une importante cargaison d’or de la Banque Nationale.

A donné à son équipage un bel exemple d’endurance et d’esprit du devoir en continuant, malgré l’avis des médecins, à exercer le commandement de son bâtiment alors qu’il souffrait de douloureuses contusions encourues le 15 mai à Ostende, lors d’un bombardement. »

Evacuation fonds BNB
 
© 2014 marine-mra-klm.be