Les conséquences de l’échec du raid sur Dieppe sont multiples, notamment en ce qui concerne la nécessité d’une préparation navale et aérienne plus rigoureuse, l’utilisation des chars, le relief des emplacements choisis et la topographie (difficultés pour les chars de progresser sur les plages de galets). Surtout, il confirme aux Alliés qu’une tentative de débarquement aux abords d’un port sera coûteuse en vies humaines et difficile, d’où la nécessité de relancer la construction des ports artificiels dans l’élaboration du plan Overlord (débarquement du 6 juin 1944).

Dans la ville de Dieppe même, les nombreux monuments commémoratifs rappellent et seconde l’action mémorielle entreprise par la mairie. Deux associations sont également particulièrement actives : l’association Jubilee, créée en 1989, et l’association Je me souviens , créée en 2002. Ces dernières ont pour but d’entretenir le souvenir et le travail de mémoire. Ainsi, diverses initiatives ont été mises en place pour diffuser le souvenir de ces évènements. L’Association normande de BD a, par exemple, réalisé deux albums sur la thématique du raid.

Avec le recul et l’expérience, il apparaît que l’opération Jubilee n’avait aucune chance de réussite. Aujourd’hui, il nous revient de mettre en évidence les sacrifices consentis lors de cette journée tragique du 19 août 1942 en relatant son contexte historique afin qu’elle ne tombe jamais dans l’oubli.

Le travail de mémoire