Les raids sur Zeebrugge et Ostende    
 
Accueil
 
Présentation
 
Histoire de la Marine
 
Salle Marine
 
Salle Antarctica
 
Centre de Documentation Marine

Durant la Première Guerre mondiale, les ports de Zeebrugge et d’Ostende sont utilisés comme voie d’accès par les sous-marins allemands basés à Bruges en vue de bloquer les routes maritimes britanniques. Devant cette menace constante, le vice-admiral Sir Roger Keyes, commandant de la Dover Patrol (unité créée dans le cadre de l’entente cordiale, entre Douvres et le Pas-de Calais, en vue d’empêcher la flotte allemande d’emprunter la Manche et accéder ainsi à l’océan Atlantique), élabore un raid ambitieux en vue d’obstruer les accès du port de Bruges en bloquant les ports de Zeebrugge et d’Ostende. Celui de Zeebrugge a la particularité d’être protégé par un môle circulaire truffé d’artillerie relié à la terre par une passerelle.

Le 22 avril 1918, dans l’après-midi, une force navale quitte l’Angleterre et arrive de nuit et sans incident devant Zeebrugge, où elle stoppa afin que chaque unité participante puisse prendre sa position en vue de l’attaque. La pluie prive l’aide de l’aviation à l’opération. Le 23 avril 1918, jour de la Saint-Georges (saint patron de l’Angleterre), peu après minuit, le destroyer « HMS Warwick », battant le pavillon de l’amiral Keyes, envoi le signal du déclenchement du raid aux monitors, « HMS Erebus » et « HMS Terror », chargés du bombardement préliminaire. Le croiseur « HMS Vindictive » et les deux ferries « Iris II »  et « Daffodil » débarquent les unités de Royal Marines, qui s’élancent aussitôt à l’assaut du môle. Pendant ce temps, le sous-marin « C 3 » fait sauter la passerelle et, alors que tout le feu de la défense allemande est concentré sur le môle, les trois anciens croiseurs « HMS Thetis », « HMS Intrepid » et « HMS Iphigenia » - remplis de béton - forcent l’entrée de l’avant-port et se sabordent comme prévu dans le canal qui conduit à la base sous-marine. Vers 0 h 50, le « HMS Vindictive » donne le signal du décrochage : les Royal Marines regagnent les navires sous le feu adverse et réussissent également à embarquer tous leurs blessés. Une demi-heure plus tard, protégé par un nuage de fumée, le croiseur gagne le large.

Les pertes sont sévères pour les britanniques : 227 tués, 383 blessés, 16 disparus et 19 prisonniers. Suivant divers rapports allemands, ceux-ci doivent déplorés 8 morts et 14 blessés.

Une opération similaire, aux ordres du commodore Hubert Lynes, est tentée sur Ostende, dans la nuit du 9 au 10 mai 1918, avec un demi-succès : guidé par des vedettes, le « HMS Vindictive », dont les cales ont été lestées de béton, est échoué en bonne place, mais ne réussit pas obstruer totalement la passe car les allemands ont déplacé la bouée du Stroombank qui balise l’entrée du port. Depuis son renflouage en 1920, seul l’étrave du « HMS Vindictive » a été conservée comme mémorial de guerre.

 

© 2016 marine-mra-klm.be